DAMIEN MENU

DAMIEN MENU

COMINES:Outre les gerbes déposées au pied du monument aux morts cominois un discours a été prononcé par Philippe Mouton ce dimanche en fin de matinée à l'issue de la cérémonie religieuse.

COMINES:Outre les gerbes déposées au pied du monument aux morts cominois un discours a été prononcé par Philippe Mouton ce dimanche en fin de matinée à l'issue de la cérémonie religieuse.
COMINES:Outre les gerbes déposées au pied du monument aux morts cominois un discours a été prononcé par Philippe Mouton ce dimanche en fin de matinée à l'issue de la cérémonie religieuse. :

Journée du souvenir(suite).

COMINES:Outre les gerbes déposées au pied du monument aux morts cominois un discours a été prononcé par Philippe Mouton ce dimanche en fin de matinée à l'issue de la cérémonie religieuse.

"Il convient de se remettre en mémoire les faits historiques vécus par ceux qui deviennent aujourd’hui nos aïeux et grands-parents. Habitants de Comines-Warneton dont il convient de rappeler le souvenir à nos jeunes tellement le temps passe vite et qu’il est vertigineux de s’en rendre compte.

La première guerre mondiale apporte mobilisation, violence, destruction, séparation des familles, privation, disparition des proches, chaos. L’entre-deux-guerres est vécu par des citoyens qui supportent au quotidien un traumatisme physique et psychologique. Ils se soutiennent les uns les autres et nous préparent malgré la dureté des temps une société nouvelle.La région du front est nettoyée, on retrouvera en première ligne des Asiatiques venus des colonies, les citoyens évacués reviennent, des artisans arrivent de toute la Belgique pour reconstruire nos communes, les agriculteurs défrichent ce qui ce qui avait été leurs champs et leurs prés, les briqueteries se développent. Les édifices publics s’élèvent. Les rues se parent d’architectures nouvelles. Les campagnes se repeuplent avec les récoltes qui nourrissent ses enfants. Nous vivons aujourd’hui dans ce patrimoine bâti ressuscité d’un chaos total en quelques années. La place des femmes qui avaient remplacé les hommes dans les travaux lourds est enfin reconnue politiquement et socialement au cours d’un très long chemin. Les droits sociaux sont valorisés dans une société qui change durant cette courte période de paix où bientôt résonnent des bruits trop connus. Arrivent avec calcul, méthode et manœuvres sournoises les machinations d’une nouvelle guerre. Le triste emblème de ce nouveau conflit sera la haine de l’autre, la stigmatisation d’ethnies et de handicaps, la destruction d’un peuple jalousé qu’on désigne comme bouc émissaire des malheurs du monde. Méfions-nous des prêcheurs de haine. Ces faits historiques cueillent nos grands-parents alors que ces derniers sont occupés à rebâtir un monde plus juste, plus dynamique, neuf, mais ô combien fragile. Notre région, si on compare les deux conflits mondiaux sera moins touchée dans sa matérialité par la guerre 40/45. Mais l’impact sur les corps et sur les consciences est tout aussi terrible. Menaces, privations, déportations, séparations, exécutions, seront le quotidien durant près de cinq années aprèsune terrible bataille du canal. L’espoir reviendra malgré tout, obstiné, tenace, fidèle grâce aux valeurs que femmes et hommes gardent en leur conscience profonde.

Petit à petit, discrètement, on ose un mot d’espoir, de résistance, de réaction, de liberté. Dans nos communes de septembre 1944, s’imaginer l’arrivée des premiers soldats Britanniques en vélo ou en moto sur les routes pavées et les chemins de poussière.

Nous qui sommes ici aujourd’hui, avons la tâche de témoigner de ces jours lointains, de cette importance capitale de maintenir les libertés acquises par nos peuples. Nous avons la tâche de rappeler, de témoigner du fait que les droits acquis l’ont été au prix du devoir accompli, du sacrifice suprême des soldats et des citoyens. Voilà donc cet équilibre entre droits et devoirs qui ne doit échapper à personne. Droits et devoirs marchent ensemble. Droit et devoir peuvent dans les périodes de chaos se dépasser l’un l’autre mais en tous les cas se doivent de chercher l’équilibre. Nous avons la tâche de témoigner de l’importance du maintien de la paix. 77 années de paix en Europe de l’ouest et je me dois de rappeler ici d’autres conflits qui réclament notre vigilance. Comme le disait l’Ambassadeur d’Allemagne lors de l’inauguration de notre Centre d’Interprétation Plugstreet, ni la paix ni la guerre ne tombent du ciel, ce sont des choses humaines.

Nous nous devons de construire chaque jour la paix autour de projets constructifs et d’intérêts communs à tous les peuples pour un futur meilleur."

Philippe Mouton(échevin à la Ville de Comines-Warneton).

Dimanche 12 septembre 2021





Commentaires

  • 4FOIS VINGT (visiteur)
    4FOIS VINGT (visiteur) · Il y a 13 jours

    Après avoir lu attentivement le texte de l' hommage, je tiens à remercier Damien de maintenir le cap, malgré des commentaires parfois très au ras des pâquerettes. Nous avons la chance d'avoir ce blog ,qui nous donne la chance de pouvoir s' exprimer:- Merci Damien

    • Pour ceux et celles qui veulent apporter leur soutien à Damien.
      Pour ceux et celles qui veulent apporter leur soutien à Damien. 4FOIS VINGT · Il y a 13 jours

      Suffit de lire la dernière phrase tout en bas de son blog.